Janvier 2015
Une année qui s’ouvre…

Que dire de l’épouvantable drame qui vient de se jouer en ces 7 et 9 janvier si ce n’est l’horreur et l’effroi que soulèvent ces abjects assassinats.
Ce sont les valeurs les plus fondamentales de la République qu’ont voulu anéantir ces tristes individus en se réclamant d’un islam qui n’a rien de commun avec des actes aussi immondes.
En s’attaquant lâchement à un journal satirique, en assassinant froidement, c’est le principe même de la liberté de pensée qu’ils voulaient détruire. Ils auront échoué !
L’histoire faite de périodes tragiques l’a toujours montré : il n’est pas possible d’annihiler ce qui fait l’essence même de nos démocraties : la liberté de pensée et d’expression.
Ces évènements tragiques ne peuvent rester sans lendemain. Nous devons collectivement en tirer les leçons pour qu’ils ne puissent jamais se reproduire.
L’immense émotion qu’ils auront légitimement suscitée doit trouver ses prolongements dans une détermination sans faille et de tous les instants pour que chaque citoyen soit le gardien vigilant d’un bien aussi précieux qu’est la démocratie.
Corps intermédiaires par définition, les associations, en particulier celles qui s’adressent aux jeunes, ont un rôle à jouer de premier plan pour former les citoyens de demain.
Prendre conscience de ses droits mais aussi de ses obligations, apprendre à vivre en société, reconnaître la différence comme un enrichissement, être critique au regard de toute pensée dogmatique, refuser les simplismes ; tels sont les incontournables à transmettre qui font qu’une société est moderne et vivante. Les contraires ne peuvent conduire qu’à des impasses dont ces tristes individus, ces âmes perdues, n’en s’ont qu’une tragique illustration.
Face à la barbarie, restons debout et déterminés à porter haut nos valeurs démocratiques.
Tel est l’hommage que nous pouvons rendre aux personnes qui sont tombées en leur nom.
Le Président
Francis Bouten