Au seuil de l’été…

Les Journées d’Etudes nationales dans l’EST de même que l’inauguration de la MECS de Petite Rosselle ont connu un franc succès et nous ne pouvons que nous réjouir de la vitalité de l’Association dans un contexte qui inciterait davantage à la morosité et au repli sur soi.

Tel n’est pas le chemin retenu par l’Association Moissons Nouvelles et l’avenir ne fera que le confirmer.

Dans son discours d’inauguration de la Maison Viotti, le Président aura souligné toute l’importance du primat d’une responsabilité partagée avec les financeurs où la qualité de service à la personne se conjugue avec une optimisation des coûts mais aussi l’indispensable prise en compte de la singularité du fait associatif.

Un fait associatif qui ne peut se réduire à la seule fonction d’application réglementaire et comptable comme semblent l’indiquer les évolutions actuelles. Les associations doivent pouvoir continuer à trouver toute leur place dans l’élaboration des schémas départementaux ou régionaux dans un rôle éminent d’aiguillon des Pouvoirs publics. Une condition incontournable pour faire en sorte que les besoins de populations fragilisées soient pris en compte dans une société où la précarisation et le déclassement peuvent guetter chacun d’entre nous au détour d’une fracture de vie.

Au moment où les associations entrent dans une formidable et durable recomposition de leurs repères traditionnels il est plus que jamais nécessaire de pouvoir redéfinir en responsabilité la nature de la relation avec les Pouvoirs publics.

S’il est indiscutable que les coûts doivent être maîtrisés – qui en contesterait le bien- fondé aujourd’hui – il est indispensable que l’administration opère également sa mue dans une vision prospective qui ne peut se résumer aux seuls critères budgétaires dans sa relation aux associations.

Chacun est bien conscient des contraintes financières drastiques qui enserrent l’administration dans sa mise en œuvre des politiques publiques. Encore faut-il qu’elles soient exprimées et explicitées en d’autres termes que de l’injonction pour que les Associations les portent de manière constructive dans des choix partagés et cohérents.

Faute de quoi il y a tout lieu de penser qu’une cassure profonde pourrait rapidement se faire jour entre les Associations et la Puissance publique. Personne ne pourrait s’en trouver durablement gagnant.

le Directeur Général,
Gilles Bouffin