Le jour d’après…

Les Journées d’études nationales viennent de s’achever et nous ne pouvons que nous féliciter de leur succès.
Voulues comme un lieu privilégié de rencontres entre professionnels elles auront assurément tenu leurs engagements qui sont ceux de permettre à chacun de prendre le temps d’une respiration salutaire dans un contexte de plus en plus prégnant au quotidien. Elles furent également l’affirmation d’une volonté claire de l’Association de porter haut un projet d’utilité sociale où les termes de coopération et d’ouverture à l’autre ne sont pas des vains mots. Bien sûr entrer en coopération ou faire équipe relève autant de l’intention déclarée que d’une perception aigüe des enjeux que cela implique pour tout un chacun qui s’y engage avec comme ambition partagée le souci du « voyageur incertain* » qu’est la personne accueillie.
Belle formule que celle-ci tant elle exprime autant les parcours douloureux des personnes que l’on accompagne au quotidien que les doutes et incertitudes des professionnels dont c’est la responsabilité éminente de les conduire sur le chemin des réussites.
Coopérer entre intervenants autour de l’utilité sociale c’est d’une certaine manière accepter que l’autre prenne place comme favorisant l’enrichissement de sa pensée initiale. C’est également concevoir le primat de l’intérêt collectif sur les convenances personnelles sans toutefois uniformiser au risque d’une pensée unique.
En tous les cas un mouvement dynamique d’initiatives multiples ou l’inventivité de chacun contribue pas à pas non sans difficulté parfois à construire un socle de valeurs communes.
L’Association Moissons Nouvelles en a fait une ambition professionnelle et sociétale.
Les récentes Journées d’études nationales auront pleinement participé à cette aventure passionnante.
Le Président
Francis BOUTEN
*expression utilisée par Madame Barus-Michel, professeur émérite à Paris VII, intervenant aux Journées d’études nationales d’Evreux