National Study Days proposal theme of may 2012

Nantes 22, 23 and 24 may 2012

« Adolescences, miroirs multiples d’une société éclatée ou comment vivre les adolescents (es) dans les établissements sociaux et médico-sociaux. Enjeux professionnels et sociétaux. »
Il n’est pas un jour sans que l’adolescence ou devrait-on dire les adolescences, multiples dans leurs expressions, nous convoquent professionnellement au travers de situations souvent chaotiques, déstabilisantes et insaisissables au sens où les formes de langages empruntées, au sens large du terme, n’auraient plus rien à voir avec les codes sociaux normés dans lesquels chacun à l’habitude de se reconnaître. Dire cela d’une certaine manière devient un lieu commun qui ne serait qu’un fatum anecdotique si ce n’était que se glisse ainsi derrière les vocables usuels une césure de plus en plus grande entre un monde adulte qui se retranche derrière des peurs non dites où l’irrationnel tient sa place, et des adolescences , certes protéiformes et souvent excessives , en recherche de points de repères essentiels et fiables pour dépasser « le temps des incertitudes » qui est la caractéristique propre de cette période de vie.
Qu’est-ce à dire pour autant ?
La société actuelle marquée qu’elle est par le primat de la performance individuelle sur les solidarités collectives n’offre aujourd’hui qu’un visage déformé et diffus où le processus d’invalidation narcissique a déjà agi pour bon nombre des adolescent(e)s à leur entrée dans les établissements sociaux ou médico-sociaux.
Cette dimension est essentielle à comprendre pour tenter de saisir ce qui peut mouvoir les adolescents dans l’expression de leurs désordres intérieurs. Ce « temps des incertitudes » qui fait qu’à la fois l’adolescent est submergé par ses propres fêlures et les violences constitutives de son histoire affective et psychologique mais aussi ondoie en tâtonnements, explorations diverses de rivages indéterminés ou fascinants à l’image d’un marin en lutte avec les éléments déchaînés et dont le destin est d’autant plus incertain qu’il n’en maîtrise pas encore tous les contours possibles.
Que serait dans ce « temps des incertitudes » une main ferme qui vous hisse hors de la tourmente mais qui vous assignerait la route à suivre tout en comprenant les hésitations et les refus du moment sans jamais faiblir ? Toute la question fondamentale de notre société dont les adolescents ne sont que la brûlure vive et le reflet torturé est peut-être résumée dans ces quelques lignes simples. A voir…
Bien sûr ils font souvent (parfois) peur dans les établissements et services tant en Protection de l’Enfance que dans le médico-social mais il ya urgence à réfléchir collectivement sur les manières d’entrevoir les adolescences dans leurs manifestations multiples et d’en conduire avec patience ce « bout de chemin de vie » où l’expérimentation de la relation à soi et aux autres n’est pas synonyme d’impasses personnelles, du refus de sociabilité positive, d’échec ou d’invalidation définitifs.
Face à « une sociabilité chaotique » souvent à l’œuvre dans les établissements sociaux et médico-sociaux, comment agir dans le quotidien pour promouvoir « cette manière d’être » ou l’autre n’est pas seulement appréhendé comme unique objet de son plaisir autocentré mais surtout comme une formidable opportunité possible et souhaitée où l’enrichissement, la créativité seront de mise, portés haut dans les projets d’accompagnement des jeunes accueillis.
Ces Journées d’Etude Nationales ont pour objet de se donner le temps de la réflexion et de l’indispensable distanciation en contre point de ce temps d’incertitudes que sont les adolescences aujourd’hui, de pouvoir en comprendre le sens et les parcours quand bien même leurs expressions sont souvent déroutantes et sources de peurs légitimes.
En quelque sorte faire en sorte que les adolescents que nous accueillons puissent se reconnaître dans ce que nous sommes et faisons, c’est-à-dire leur permettre de substituer « le temps de l’ordonnancement » à celui des incertitudes, préalable à l’autonomie positive c’est-à-dire la capacité à disposer de son libre arbitre dans une sociabilité partagée (le temps de l’achèvement).
Plusieurs axes seront pris en compte et développés par les intervenants au cours de ces journées :
Adolescences : Essai pour une définition aux contours multiples.
Qu’entend on par l’Adolescence et comment cela raisonne-t-il pour les adultes / professionnels que nous sommes ?
Le temps des incertitudes ou de la toute puissance : Adolescences et conflits générationnels : De la crise, des peurs et des fascinations.
Le temps du renoncement : l’acceptation de la loi comme facteur d’autonomie.
Le temps de l’ordonnancement : Plaidoyer pour un exceptionnel vivier de créativité ou l’art comme support à la sociabilité positive.
Ces Journées d’études nationales sont un moment privilégié auquel l’Association Moissons Nouvelles entend donner toute sa dimension de réflexion et d’échanges multiples sur une thématique particulièrement sensible, à savoir celle de l’adolescence dans notre société mais aussi sur la manière de lui « porter un autre regard ».
Ouvertes aux professionnels de l’Association mais aussi plus largement à ceux d’autres associations de la région des Pays de Loire traitant de cette problématique, ces Journées d’études se veulent un temps d’enrichissement et de débat collectif féconds, contribuant ainsi à créer les conditions d’une compétence collective et à d’autres construits sociaux.
Une compétence collective affirmée comme une dimension éminente du Projet d’Association.
Le Directeur Général
Gilles BOUFFIN