Un été chaud...

À l’évidence chacun percevra dans les lignes qui suivent qu’il ne s’agit pas d’une allusion à la météo estivale clémente mais plutôt au climat quelque peu délétère qui prend racine dangereusement dans le corps social.
Que ce soit en référence aux propos d’un homme politique relatifs aux Roms ou du mouvement de soutien large sur Facebook au bijoutier de Nice c’est bien de l’état de santé de notre société dont il est question. Le constat est là, implacable dans sa dureté. Le déclassement social et économique touche de plus en plus de personnes. Les précaires abondent et ce n’est pas le peu de croissance perceptible à l’horizon qui en changera foncièrement la donne les entrainant durablement dans la spirale infernale du rejet des élites.
Un nombre croissant de nos concitoyens se sent abandonné par la puissance publique. Notre pacte de cohésion sociale est en danger et si rien n’est fait le terreau des idées simplistes ne pourra que grossir a l’avenir.
On sait ce qu’il en est advenu au cours de l’histoire . Face à l’ampleur de la tâche il y a urgence. Les associations fourmillent d’idées et d’initiatives : elles sont par nature les vigies exigeantes de la cohésion sociale et ne peuvent être enfermées dans les seules logiques gestionnaires d’un contexte financier contraint. Elles sont l’exemple vivant de la démocratie, formidables relais entre les citoyens et les gouvernants.
Il est nécessaire de les entendre pour contribuer à renouveler notre pacte républicain. Faute de quoi il y tout lieu de penser que le délitement social auquel nous assistons s’amplifiera.
Nous ne saurions l’accepter.
Le Président
Francis BOUTEN